Fascinants caprices

Publié le par Axel Mac Black

Il y a peu de temps, lors d'un concert de Brigitte Fontaine à Lille, les spectateurs ont poireauté une heure et demie avant que la Dame aux nougats ne daigne les gratifier de ses borborygmes. Embouteillages ? Problèmes de santé?  Que nenni ! Cinq minutes, avant de monter sur scène la diva  s'était aperçue qu'elle voulait du champagne. Une heure et demie, sachez-le, c'est le temps qu'il faut pour trouver à Lille une bouteille de champ' après 21h.

Récemment, un programmateur me racontait que Louis Bertignac n'étant pas satisfait de la chambre d'hôtel qui lui avait été reservée, un bénévole du festival avait dû écumer  tous les hôtels de la ville, afin de trouver une chambre qui convînt à Monsieur... Elle resta inoccupée, le meilleur guitariste du monde ayant finalement décidé de rentrer chez lui.

Ce qu'il y a d'étonnant dans ces anecdotes multipliables à l'infini, ce n'est pas tant de voir des artistes à la carrière déclinante jouer pathétiquement les stars internationales. Non, le plus surprenant, c'est la manière avec laquelle les professionnels du spectacle ayant souscrit à leurs lubies vous les racontent. Un grand sourire, les yeux au ciel, encore embués par l'émotion d'avoir pu consentir aux fantaisies de la vedette. Comme lorsqu'une maman, énumérant les bêtises de son petit dernier finit par vous souffler, béate d'admiration «  il est gonflé quand même...»

Loin de moi l'idée que tous les professionnels du spectacle sont des artistes ratés et que, faute d'avoir pu exercer leur art, ils ont choisi ce métier pour ramasser quelques paillettes envolées du costume des vedettes. Mais à voir la déférence de certains devant tout ce qui s'apparente de près ou de loin à une célébrité, il y a de quoi se poser des questions. A croire que chez eux, la double définition du mot  « accéder » prend tout son sens. En accédant aux désirs de la star, j'accède à son monde. Un monde que je côtoie au jour le jour, sans jamais vraiment pouvoir l'atteindre. J'écrirai un traité de psychanalyse pour pros du spectacle plus tard. Pas avant d'avoir rencontré celui ou celle qui me racontera la fois où il a envoyé une star sur les roses parce qu'elle voulait du Moët et Chandon avant de monter sur scène.

 

Commenter cet article

Nico 28/09/2011 01:26


Je connaissais le chanteur, quel plaisir de découvrir le chroniqueur.. tout cela est vif, mordant, bondissant à souhait, n'hésitant pas à triturer quand ça l'estime nécessaire.. Bref, ça fait
plaisir de lire des gens qui ont des idées, de l'esprit.. et du cœur.. Longue vie à la plume alerte et aux étonnements de M. Axel Black !


Ronde Bosse 12/02/2011 18:11


"Si vous vous reformez un jour, je serai au premier rang pour vous applaudir". Vous voulez que Jean-Louis et Louis se battent sur scène pour obtenir vos attentions, comme pour Carla Bruni. :-))
Quant à Charlélie Couture, je ne me suis jamais autant embêtée à un concert. Il s'est assis, il a chanté, il est parti et depuis on n'entend plus parler de lui. M'étonne pas qu'en coulisses, il ne
soit pas top non plus.
Mon préféré sur scène : Jacques Higelin (après vous Axel il va s'en dire). Mais je ne sais pas qui l'inspire, la fumette ou le vin. Quant au côté coulisses, je l'imagine très solitaire, buvant un
petit rouge en plissant les yeux, se balançant sur une chaise, les pieds sur un bureau. Je me trompe de beaucoup ? Il est probablement chiant comme un vieux, et regarde la fin d'un match avant
d'entrer en scène. Bah, c'est pas mal non plus cette image.


mister mystère 06/02/2011 23:41


OK, les caprices de stars, ça gonfle. Que les stars soient chanteurs, présidents de la République ou sous-secrétaires de l'association locale d'amateurs d'andouillettes, d'ailleurs : les
caprices sont du même ordre, et on trouve toujours quelqu'un pour faire carpette devant eux. Ça relève plus du phénomène anthropologique que du chaubizness...
Mais en même temps, ne pas prévoir quelques boutanches de champagne quand on organise un concert de Brigitte Fontaine, ça relève de la faute professionnelle, non ?


flo 31/01/2011 23:22


En même temps... « show must go on »: comment un pro du spectacle, une quelconque assistante de machin chouette peut dire « non,non,non t'auras pas ton champagne », des gens
sont surement venus en masse pour voir Brigitte Fontaine (bien que personnellement je n'y vois pas grand intérêt, mais c'est un autre débat...), si elle décide de se casser sans faire son truc ça
la fout mal.

Sinon,je rejoins l'avis de Florence, les billets sont très bien écrits, dommage que trop rares...


axel mac black 28/01/2011 15:32


Et merci Florence pour vos compliments ! Faire éditer mes chroniques... je doute que Louis soit d'accord. Mais si vous connaissez une bonne maison d'édition...

Bises