Et avec les filles... suite

Publié le par Axel Mac Black

 

« Monsieur Mac Black, 

Dans votre dernière chronique, vous répondez à la question : le statut de chanteur facilite-t-il la séduction? Vous nous expliquez alors la difficulté de l'artiste « voulant dépasser le simple coït post-concert » à entamer une vraie histoire d'amour. A mon avis, là n'est pas la question. Des histoires d'amour, tout le monde en vit. Ce qui nous fait fantasmer, nous les non-chanteurs, c'est de se taper une jeune et jolie petite blonde sans avoir même à la séduire.ça, ça nous fait rêver! »


« Cher Monsieur,

Je vous laisse la « jeune et jolie petite blonde » car après tout, chacun ses goûts, mais je dois reconnaître que vous n'avez pas tort. Eh bien, je vous rassure tout de suite : si le chanteur est parfois chroniqueur, il est rarement « gros niqueur » (à prononcer avec l'accent alsacien). Et ce pour des raisons matérielles bien simples. Les après-concerts sont peu propices aux marivaudages: autographes, rangement du matériel, resto, retour en camion à l'hôtel. Tout cela sous l'oeil inquisiteur d'une équipe... prête à « surveiller et punir ». Me revient en mémoire, après un concert à Lyon, la proposition d'une jeune fille séduisante de « venir prendre un thé chez elle ». A 1h du matin. La réponse fut collective et sans équivoque : nous avions un concert le lendemain à Bruxelles. Il fallait se lever tôt. Je dormis aux côtés d'un bassiste ronfleur (un pléonasme, soit dit en passant).

Certes, il arrive que certaines soirées s'éternisent et que, spiritueux aidant, des discussions s'engagent avec des inconnues. Mais bien souvent, à l'heure fatidique, le musicien n'est plus en état de faire grand chose. Je vous renvoie ici aux biographies consacrées à Jim Morrison, sex-symbol réputé pour ses demi-molles.

Enfin, cher Monsieur, je crois qu'il en va du chanteur comme du Président de la République. Après la grâce des 100 premiers jours, l'afflux sanguin nécessaire à une courbe vigoureuse dans les sondages ne se produit qu'au contact des non convaincus de la première heure. Méditez, cher Monsieur, ces mots du philosophe Mike Brant avant qu'il ne saute dans le vide: «  Jeune ou âgée, jolie ou non, blonde ou brune... on a rarement faim de ce qui nous est offert sur un plateau. »

Commenter cet article

Ronde Bosse 17/07/2011 10:25


Au fait, avec "les" Brigitte c'était comment ?


Louise Allender 04/11/2010 19:20


Pour poursuivre sur la lancée de l'accent alsacien suite à la presque paronomase "chroniqueur" en "gros niqueur", je me permet de te (je peux te tutoyer? après tout, tu es un être humain comme moi
donc aucune supériorité) faire part de ce chant, que j'ai appris lors d'un voyage en Alsace:
"Ich bin an alsacienne qui fa dans le forêt
Chasser le papillonne avec son fusiL"
A prononcer bien évidemment avec l'accent alsacien
et précisons que c'est un homme qui chante...
Voilà, ce commentaire fera surement, j'ose l'espérer, étirer vos lèvres (à tous les membres) vers vos oreilles :-)

Bonne continuation et à bientôt

Louise A.
blairelle de Aire sur la Lys (la capitale du Pas de Calais)